Vous êtes ici : Accueil > Activités > Opéra de Rouen > Lycéens à l’Opéra (octobre 2019)
Publié : 17 octobre

Lycéens à l’Opéra (octobre 2019)

Sorties en octobre 2019

Les activités et les spectacles du projet “Lycéens à l’Opéra” reprennent avec deux grands rendez-vous :

“Le Barbier de Séville” ouvre la saison, nous nous rendons ainsi le 3 octobre en soirée à l’Opéra de Rouen, sortie presque rituelle depuis février 2014, avec un groupe d’élèves motivés et joyeux, de la Seconde à la Terminale, sans oublier un “ancien”, Xavier, en BTS cette année, qui ne raterait “pour rien au monde” une soirée à l’Opéra !

Tout a été écrit, ou presque, sur le chef d’oeuvre de Rossini, nous dirons que la mise en scène était surprenante et audacieuse laissant une large part à l’humour... La robe portée par Rosine au deuxième acte ? Une pure merveille … ! Figaro ? Le genre bagarreur, “mauvais garçon”, la bouteille à la main, cicatrices sur le visage … Bartolo ? Manipulateur ou manipulé ? Une certitude : le personnage est inquiétant … Le comte Almaviva ? Les efforts déployés pour conquérir le coeur de Rosine ne seront pas vains… “Quel beau couple !” soupirons-nous, à la fin du spectacle lorsque les deux amoureux s’élèvent dans les airs en montgolfière, sous une pluie de confettis dorés.

L’orchestre, le choeur et les solistes ont rendu ce moment magique faisant de cette soirée un moment de partage et de bonheur. Ouvrons nos oreilles, nos yeux, notre âme et laissons nous porter vers la scène avec la sensation que les solistes “chantent pour chacun d’entre nous”, offrant le meilleur d’eux-mêmes.

Si “Lycéens à l’Opéra” fête ses cinq années dans notre lycée, n’oublions pas le 150e anniversaire de la mort de Berlioz  !
Le deuxième rendez-vous de l’année est donc consacré à la “Symphonie Fantastique”, chef d’oeuvre né du génie de ce fabuleux compositeur !

le 10 octobre nous accompagnons une classe de Première SN à l’Opéra de Rouen pour découvrir l’oeuvre du compositeur ainsi que la variété des instruments sur scène … Et le nombre ! 80 musiciens pour 14 instruments différents sans oublier les cloches ! Aussitôt installés nous remarquons les instruments de percussion occupant tout le fond de la scène...

L’orchestre dirigé par Jamie Phillips, exécute trois mouvements sur les cinq de cette symphonie, les mouvements II, IV et V, intitulés dans l’ordre : “Un bal” (Allegro non troppo), “Marche au supplice” (Allegro non troppo) et “Songe d’une nuit de Sabbat” (Larghetto).

“Fantastique” signifiant en grec “capable de former des images”, notre esprit va errer entre celles d’un bal fastueux, la représentation horrifiante de la mort et de l’exécution et les images d’épouvante attachées à la folie.

La musique, monumentale et puissante, nous envahit peu à peu… Nous sommes alors gagnés par une sensation partagée entre l’émerveillement et l’épouvante.

Un très beau spectacle, et beaucoup d’émotion encore une fois !

Post-scriptum

Voici un petit compte-rendu de Mme Godin. Merci pour ces impressions qui ne donnent qu’une envie : aller à l’Opéra !